Partie 3 - Conclusion : La Grande guerre

Écoutez et faites vous entendre en cet endroit de discussion en-jeu.
Avatar de l’utilisateur
Chroniques d'Akéras
Administrateur
Administrateur
Messages : 294
Inscription : mer. déc. 14, 2011 1:15 pm

Partie 3 - Conclusion : La Grande guerre

Message par Chroniques d'Akéras » mar. juil. 16, 2019 2:27 pm

Image
Que d'action à Gardelance ce mois-ci !

Le mois a commencé en force. Après l'annonce que l'armée de Coeur-Flamboyant se mettait en route pour attaquer Gardelance, sir Pierre-Armand de Larochelle a tout de suite commencé à organiser les défenses. La première étape était de rescaper Nathaniel Pothier d'une prison de la Tour écarlate.

Monseigneur Pothier est un grand inquisiteur de Va'an pour la région de Vielne. Il avait été enfermé dans la prison de Grisbois par l'intendant Maximilien Potenco. Pendant que nous attaquions la prison par l'avant, un groupe d'aventuriers se sont infiltrés en passant par les égoûts. Le capitaine Antoine Vauquelin s'est sacrifié pour assurer leur fuite et les gardiens de Grisbois lui ont tranché la tête.

À notre retour, un membre de la Congrégation sombre nous attendait au village. Maître Magiisto était de retour pour reprendre ses expérience sur la sergente Ludia. Elle reste toujours inconsciente depuis les expériences de la Congrégation sur elle. Heureusement, elle est entre bonnes mains.

Au matin, nous avons été réveillés par une grande explosion. Des anges se sont écrasés à l'ancien cimetière, près du fort Austral. Nous avons tenté de les conduire au village mais à mi-chemin, des démons sont apparus dans la forêt. Nous avons fait de notre mieux pour protéger les anges mais une tempête de feu s'est formée autour des démons et de l'un d'eux. Nous avons appris plus tard qu'il s'agissait de l'archange Michaël. Malgré nos efforts, ce dernier a malheureusement périt aux mains de Iormungand, l'un des lieutenants démoniaques de Ouroboros. Les anges nous ont appris qu'ils sont tombés du paradis sans raison et qu'ils ont perdu leur lien spirituel avec Yahvé. L'inquisition de Va'an a accueilli les survivants dans leur camp.

En soirée, plusieurs cercles se sont tenus dans les bois pour remercier les Dames de la forêt. Cette année, c'est la famille Roy qui a obtenu l'honneur d'offrir leur énorme bébé aux Dames. Nous avons partagé de la nourriture, des chants, de la danse, etc.

Le lendemain matin, nous avons entendu les tambours de guerre de l'armée de la Tour écarlate aux limites du village. Depuis des semaines, nous attendions leur arrivée. Ils savaient que le prince Narius était caché quelque part à Gardelance et ils étaient prêts à se battre pour le ramener à Coeur-Flamboyant.

Nous avions reçu la bénédiction de tous les Dieux ainsi que des Dames de la forêt. Le prince Narius nous avait aussi fait un grand discours inspirant. Nous ne pouvions pas perdre. Ils se sont avancé vers nous par centaine mais nous n'avons pas fléchit. Une par une, nous avons détruit les armes de siège adverses pendant que des vagues de troupes armées déferlaient sur les murs du village.

Au départ, on nous avait annoncé que ce serait les hommes de la Tour écarlate qui nous attaquerait. Au final, ce n'était pratiquement que des Libérateurs qui étaient là. J'ai trouvé cela étrange. Le combat fut long mais nous tinrent bon et nous repoussèrent l'ennemi.

Nous avons célébré un peu puis nous avons poursuivi les Libérateurs encore vivant jusqu'à leur camp. Ils se préparaient à s'enfuire mais nous avons coupé leur retraite. Le combat fut assez rapide. La majorité de leurs forces avaient été détruites lors de l'assaut raté du village. À la fin, Nagus a jeté Twygg au sol et l'a battu à mort à coups de massue. Je me rappelerai jusqu'à ma mort les images d'un homme qui frappe avec une violence bestiale sur son propre frère jusqu'à en faire une bouillie d'entrailles et de sang.

Nagus s'est ensuite tourné vers les Libérateurs encore en vie. Il leur a offert de renoncer à leurs allégeances et de se remettre sous ses ordres. Il a ordonné que ceux qui ont choisi de rester fidèles à Twygg par-delà la mort soient tués. Le temps que je cligne des yeux, les aventuriers Lancegardiens les égorgeaient déjà. J'ai peur qu'ils soient devenus les nouveaux Libérateurs de Nagus.

-- Extrait du journal de Tharnyak Maremalin, milicien de Gardelance

Répondre