Partie 6 (Saison 8)

De Archives de Gardelance
Informations supplémentaires
Titre 5000 florins!
Date hors-jeu 11 au 13 octobre 2019
Date en-jeu Octobre 629 AGD

Introduction

Cinq mille florins ! La Tour écarlate offre 5000 florins pour la capture du phénix. Cet oiseau que les Dames de la Forêt protègent pourrait assurer ma survie et celle de ma famille pendant des années. Magies druidiques de restauration des terres arables ou pas, c'est un pensez-y bien..

Ce sera l'hiver bientôt. J'espère que le Carnaval sanglant et les Libérateurs vont nous laisser tranquilles un peu. Il faut se préparer à l'arrivée de la neige et peut-être aussi à celle des ombres. Les routes vont encore être bloquées jusqu'au printemps. On sera isolés du reste du royaume..

La fête des morts tombe en octobre cette année. Le voile entre le monde des vivants et celui des morts va s'amincir, on risque de se faire attaquer par des morts-vivants, on va entendre le guitariste invisible, les petits-gens vont se déguiser. Ce n'est pas vraiment mon moment préféré de l'année.

Le mois dernier, le culte de l'Oeil aveugle a voyagé dans l'astral pour continuer le combat contre Ouroboros. Apparemment, ils auront mis la main sur une nouvelle arme contre l'archidémon. Parlant d'arme, celle de Nagus n'a plus l'air de le protéger contre la goutte des abîmes et son état se détériore de jour en jour.

J'ai vu qu'à l'hôpital il y a un antémage du Tribunal rouge qui se fait soigner. Il n'a pas parlé depuis que les archanges Samaël et Uriel ont choisi Gardelance comme champ de bataille pour essayer de s'entre-tuer. L'archange Uriel voulait arracher son essence à Samaël pour, à ce qu'il a dit, monter au paradis et remplacer Yahvé. Étonnant que ça n'ait pas été l'inverse.

J'espère vraiment que le Carnaval et les Libérateurs vont nous laisser tranquilles. La Congrégation sombre aussi..

Extrait du journal Tharnyak Maremalin

Conclusion

Les déflagrations d’énergie magique ne cessaient de se multiplier et de s’intensifier. La Congrégation sombre avait envoyé son ultime assaut : quatre membres du conseil des 10, accompagnés de leur armée d’ombres, pour forcer Gardelance à leur remettre le phénix. Entourant la région d’un étau de leur sombre magie, à l’image de celle utilisée contre Point-de-Victoire deux ans auparavant, ils avaient forcé le phénix à trouver refuge au village.

Les aventuriers avaient fait du mieux qu’ils pouvaient pour se préparer à la menace; ils avaient affublé le phénix d’un cercle de protection apaisant afin que ce dernier ne perde pas le contrôle, comme ils avaient fait jadis avec Capucine. Ils avaient fait une alliance temporaire avec l’ennemi de leur ennemi, ajoutant ainsi à leurs rangs un haut officier de la Tour écarlate et du Tribunal rougemaître Ivanov. Ce dernier promettait d’annuler l’accès à la toile magique pour affaiblir les archimages de la Congrégation. Enfin, en cas de dernier recours, ils avaient recréé la goûte des abîmes de Twygg – une des seules substances assez puissantes pour mettre à mort un phénix, si ce dernier devait perdre le contrôle.

Le plan était relativement sans failles, à une exception près : la Congrégation sombre avait réussi à mettre la main sur une Source, qui, si blessée, laisserait émaner une quantité d’énergie magique qui contrebalancerait la zone antimagique du Tribunal rouge. Poussés dans leurs derniers retranchements par les aventuriers et le Tribunal, la Congrégation n’eut d’autre choix que de procéder ainsi, mettant fin à la vie d’une Source et regagnant leur accès à la toile magique. Leurs sortilèges retrouvés, la Congrégation réussit à briser les défenses de Gardelance, de même que le cercle de protection entourant le phénix.

Toutefois, alors que le combat tirait à sa fin, la Source de la Congrégation eut son dernier souffle, réactivant de ce fait la zone d’antimagie du Tribunal rouge. C’est alors qu’il y eut dissension dans les rangs de la Congrégation. Léon Nivistarilan, archimage du cercle nécromantique, et Nylian Damenor, archimage de la sphère d’enchantement, laissèrent savoir à Magiisto qu’ils étaient las de son inefficacité, et retournèrent dans les tours de la Congrégation. Alors que les aventuriers prenaient le dessus, Magiisto somma la dernière archimage présente, Sélinna Maluno (évocation), de repartir par le portail. Il prit alors la seule avenue qui lui restait : foncer sur le phénix de sorte que l’ombre véritable en lui fasse collision avec la Source abritée le phénix. « Vous voulez le phénix? », dit-il. « Eh bien, je vous le laisse. Il renaîtra de ses cendres – pas vous. »

Magiisto fonça sur le phénix, se désintégrant par le fait même, mais blessant sévèrement sa cible, qui devint de plus en plus iridescente. Le phénix perdait définitivement le contrôle, menaçant de raser la région de Gardelance et ses environs. Les factions de Gardelance avaient, préalablement au combat, fait leur choix : si le phénix en venait à perdre le contrôle, ils utiliseraient la goûte des abîmes. C’est ce qu’ils firent. Le phénix émit un cri sourd, avant de tomber au sol, inerte. Quelques secondes plus tard, son corps se nécrosa, ne laissant derrière lui qu’une trainée de cendres grises et luisantes.

Les suivants des Dames de la forêt, qui avaient, sous les ordres de Salico, protégé et élevé le phénix tout au long de l’année, étaient en larmes. On pouvait entendre à des lieux de Gardelance résonner au-delà de la cime des arbres le mot « assassin », avant que celui-ci ne se dissipe dans les vents d’automne. Les suivants des Dames prirent les cendres du phénix et les enterrèrent au pied de l’arbre siégeant au centre de la clairière où ils se réunissaient chaque mois, dans le cadre des réunions de faction. Quelques jours passèrent sans que le deuil s’amenuise, alors que les premières neiges tapissaient tranquillement le sol de Gardelance et de ses environs.

Alors que l’étreinte de l’hiver se faisait de plus en plus sentir, un phénomène étrange se produisit, d’abord constaté par les suivants des Dames de la forêt, puis répandu par les paysans de la région telle une trainée de poudre. Pendant que les arbres perdaient leurs dernières feuilles sous le froid hivernal, l’arbre au pied duquel les cendres du phénix avaient été enterrées restait verdoyant, et produisait même une légère chaleur qui faisait fondre la neige quelques mètres autour de la clairière. Si les suivants des Dames supervisèrent les allées et venues dans leur clairière, celle-ci devint une attraction et un outil substantiel pour les habitants de la région. Les paysans qui avaient perdu leur logis dans le cadre des guerres menées contre Gardelance purent y trouver refuge, bercés par la chaleur émanant de l’arbre. Les érudits affectionnaient également l’endroit, ayant remarqué que la clairière avait des propriétés apaisantes et contribuait de ce fait à la concentration.

Alors que plusieurs souhaitaient étudier l’arbre scientifiquement, Salico s’y opposa, guidée par les paroles des Dames de la forêt. Elle fit savoir aux aventuriers fébriles que l’arbre « n’était pas encore prêt, et qu’il le serait probablement l’année prochaine, lors des premiers bourgeonnements du printemps ». C’est ainsi que Gardelance amorça son hiver le plus doux depuis la Grande noirceur, certes le cœur lourd, mais également porté par un espoir, qui n’avait pas été monnaie courante dans les dernières années.